Forum Espace membre FR EN ES Recherche
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. 7ème session internationale d’IAGF la résilience des territoires au changement climatique en débat

Actualité

Toutes les actualités

7ème session internationale d’IAGF : la résilience des territoires au changement climatique en débat

Le réchauffement climatique bouleverse les territoires et menace leurs ressources en eau. Mais comment agir ? Notre 7ème session (du 15 au 19 octobre à Toulouse et Bordeaux / France) consacrée au bassin Adour-Garonne a pour objectif d’apporter de nouvelles réponses.

Cet été, les températures ont une nouvelle fois affolé les thermomètres et la sécheresse a encore gagné du terrain. Le temps de l’alerte est largement dépassé et l’urgence d’agir plus forte.

Dans le sud-ouest de la France, au cœur du bassin Adour-Garonne, des acteurs multiples se mobilisent pour préserver la ressource en eau et assurer une répartition équitable entre les nombreux usages qu’elle sert. Ce bassin est le plus menacé de France (cf chiffre clé), les enjeux sont considérables, environnementaux bien sûr mais aussi économiques et sociaux, alors que 1,5 million d’habitants supplémentaires y sont attendus d’ici 2050, en façade littorale et dans les grandes agglomérations.

Résilience, besoins et disponibilité

C’est à Toulouse et à Bordeaux qu’IAGF a ainsi décidé d’organiser sa 7ème session, au plus près du terrain et des priorités, pour constater, analyser et débattre, avec toutes les parties prenantes, de solutions pour l’avenir : Comité de bassin Adour-Garonne (qui a récemment publié son Plan d’adaptation au changement climatique), Agence de l’eau, État, Régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie, Métropoles de Toulouse et Bordeaux mais aussi les différents acteurs économiques concernés.

Ensemble, nous aborderons la thématique de la résilience des territoires face au changement climatique avec une question centrale : comment concilier les besoins et la disponibilité de la ressource en eau ?

Faire émerger des solutions concrètes

Face au stress hydrique, des mesures de restriction sont régulièrement prises en période estivale, que ce soit pour la distribution d’eau potable ou l’agriculture. D’autres mesures de soutien à l’étiage sont également mises en œuvre avec les gestionnaires de barrages hydroélectriques.

Mais cela reste des mesures d’urgence. Il est nécessaire de repenser le mode de gestion de l’eau et ses usages, en s’appuyant sur une vision à long-terme et intégrée, une réflexion collective et une capacité d’innovation pour de nouvelles techniques plus économes en eau notamment. Durant la session, les travaux porteront sur quatre axes clés : l’eau des champs avec la recherche de méthodes d’irrigation plus efficientes ; l’eau des villes avec les enjeux de l’urbanisation et de l’eau potable ; l’eau pour les écosystèmes afin de les maintenir en bon état et, in fine, assurer la continuité de services qu’ils rendent ; enfin, la nouvelle gouvernance de l’eau pour une gestion adaptative de la ressource, à l’échelle du territoire.

Alors que la seconde phase des Assises de l’eau, conduites par le Gouvernement français, doit être lancée autour de la question de l’adaptation au changement climatique, IAGF apportera sa contribution pluridisciplinaire et internationale pour promouvoir des fleuves vivants au cœur du développement des territoires.

Un événement labellisé « Assises nationales de l’Eau »

Organisé en partenariat avec la Préfecture de Région d’Occitanie, Bordeaux Métropole et l’Agence de l’eau Adour-Garonne et la CACG.

 

CHIFFRE CLÉ : 1 milliard de m3

Il s’agit du déficit que pourrait atteindre le volume d’eau sur le bassin Adour-Garonne en 2050. Le déficit actuel entre besoins et ressources s’élève à 200-250 millions de m3. « Les démarches prospectives d’hier (Garonne 2050) et d’aujourd’hui (Dordogne et Adour 2050) confirment que de nouveaux objectifs environnementaux et de nouveaux usages, pourtant nécessaires, ne seront pas suffisants pour couvrir ce déficit et exigent rapidement de vraies réponses d’ampleur. »

Source : Plan d’adaptation au changement climatique du bassin Adour-Garonne. 

 

Mettez à jour votre navigateur pour consulter ce site