Forum Espace membre FR EN ES Recherche
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. « Notre principe ? Intervenir à la source du problème »

Actualité

Toutes les actualités

« Notre principe ? Intervenir à la source du problème »

Interview de Sébastien Lubert, Trésorier,

Directeur financier et du développement de la Fondation Prince Albert II de Monaco

 

Créée en 2006, la Fondation Prince Albert II de Monaco agit pour la protection de l’environnement et la promotion du développement durable à l’échelle mondiale. Elle soutient des initiatives publiques et/ou privées dans les secteurs de la recherche, de l’innovation technologique et des pratiques économiques responsables. Avec un enjeu : agir le plus en amont possible. IAGF, nouveau partenaire de  la Fondation, donne la parole à Sébastien Lubert, son Trésorier, Directeur financier et du développement.

Quel est le rôle de la Fondation et ses axes d’action ?

La Fondation Prince Albert II de Monaco a trois missions : établir des partenariats afin d’entreprendre pour limiter les effets du changement climatique ou encore lutter contre la déforestation, sensibiliser les populations (avec notamment des posters d’information sur les poissons à consommer selon les saisons), et encourager les initiatives remarquables. Par exemple, afin de sauvegarder le thon rouge, nous avons entre autre supporté un projet du WWF international qui consiste à développer des techniques de pêche et des habitudes de consommation responsables. De la même manière, nous avons créé un fonds fiduciaire environnemental dédié aux aires marines protégées. Elles sont nombreuses mais souffrent d’un manque de personnes pour les entretenir. Nos actions obéissent à un principe : intervenir à la source du problème, là où il est le plus souvent difficile de se mobiliser.

Cette approche est-elle la même pour la pollution plastique ?

Oui et nous sommes partis du constat que face à la pollution plastique, l’opinion publique et les différents acteurs concernés pensent « nettoyage des plages », c’est à dire la solution en aval du problème, plutôt qu’aux actions à mener en amont. C’est pourquoi nous avons fait de ces dernières la priorité de la Fondation Prince Albert II de Monaco, qui développe et soutient des projets en ce sens. C’est notamment l’objet de BeMed –Beyond Plastic Med, une opération lancée en mars 2015 lors de la conférence internationale « Plastique en Méditerranée : au-delà du constat, quelles solutions ? », en partenariat avec la Fondation Tara Expéditions, Surfrider Foundation Europe et la Fondation Mava. 25 projets, proposés par des ONG ou des petites entreprises, ont déjà été soutenus, de la préparation d’un Plan de gestion des déchets en Albanie, à la sensibilisation des populations en Tunisie.

Le chiffre-clé :

3 000 milliards de particules de micro-plastique polluent la mer Méditerranée

Votre récent partenariat avec IAGF est-il une réponse à la nécessité de gérer la ressource en eau par une approche globale intégrant eaux douces et eaux salées ?

Même si on parle plus généralement d’eau douce, celle utilisée et consommée par les populations, la gestion de la ressource implique en effet la prise en compte de cette dernière dans sa globalité. Certains fleuves se tarissent, les risques climatiques s’accentuent… Le partenariat avec Initiatives pour l’Avenir des Grands Fleuves est devenu logique. Ensemble, nous essayons de travailler pour protéger ces eaux, sources de vie, et sauvegarder l’écosystème.

Quels messages communs souhaitez-vous porter ?

Les fleuves sont trop souvent sous-estimés alors qu’ils sont à la source des mers, des océans, de l’eau que nous buvons, celle dans laquelle nos enfants se baignent. Les fleuves sont connectés et maillent les territoires et étendues d’eau. Les polluer, c’est polluer un tout. Il devient urgent d’être vigilant dans nos utilisations quotidiennes des fleuves et à assumer nos responsabilités. Nous ne pouvons pas simplement nous limiter à nos écosystèmes respectifs, il faut voir plus loin, car tous les écosystèmes interfèrent entre eux à l’échelle mondiale. Sans eau, il n’y a pas de vie.


crédits photos : pmondielli / s.agnelli

Mettez à jour votre navigateur pour consulter ce site