Forum Espace membre FR EN ES Recherche

L'Elbe

Entre vous et moi…

Je prends ma source dans les Monts des Géants (Krkonose, Riesenbirge), à 1 386 mètres d’altitude. Après avoir parcouru 1 094 km, j’atteins la mer du Nord au niveau de Hambourg. Des caractéristiques qui me valent une population dense : 25 millions de personnes résident sur mon bassin versant de 148000 km2. Vous me reconnaissez ? Mon nom Elbe, vient du latin Albis qui signifie fleuve. On ne pouvait pas faire plus évident !

Un peu d’histoire

Les Romains ont tenté d’étendre leur empire au-delà du Rhin pour me rejoindre. Malheureusement, ils ont échoué à la bataille de la forêt de Teutobourgen, en l’an 9 avant JC. Au Moyen-Âge, je forme la limite est de l’Empire Carolingien. En 804, Charlemagne accorde la souveraineté aux peuples slaves habitant ma rive est. Dix ans plus tard, l’empereur décède. Les Saxons en profitent alors pour envahir les territoires slaves. Plusieurs siècles d’envahissement se succèdent…

Une célébrité éphémère

Au long de ma vie, j’ai eu l’honneur de jouer le rôle de frontière administrative. Fier de ce succès, je donnai mon nom à certaines circonscriptions. Le département des Bouches-de-l’Elbe –c’est moi !-  fut formé en 1811 lors de l’annexion de la région par la France. La chute de Napoléon, trois ans plus tard, signa la fin de ce département qui portait mon nom. Les Bouches-de-l’Elbe, dont le chef-lieu était Hambourg, correspondaient au territoire situé sur l’actuel Basse-Saxonie.

Le « jour de l’Elbe »

Rappelez-vous de ce jour où les troupes américaines et soviétiques se sont rejointes pour la première fois à Torgau, sur mon cours, au nord-est de Leipzig. Le 25 avril 1945 pour être précis. Le choix de lieu était symbolique et stratégique. Il visait à préserver l’équilibre diplomatique qui régnait depuis deux mois. Un équilibre trouvé à Yalta, entre les Alliés, pour découper l’Allemagne vaincue en trois zones d’occupation. Depuis ce jour, la date du 25 avril porte le nom de « jour de l’Elbe ».

Un fleuve meurtri par les conflits

Les villes situées sur mes bords ont longtemps porté les stigmates de la guerre. Dresde fut la ville la plus bombardée de la Seconde Guerre mondiale (la partie ancienne fut détruite à 90 %). Pendant la guerre froide, une partie de mon cours formait la frontière entre la RDA (République démocratique allemande) et la RFA (République fédérale allemande).

 

 

Fiche technique

  • Source : Monts des Géants
  • Embouchure : Hambourg
  • Débit moyen : 1 800 m3/s
  • Longueur cumulée : 1 094 km
  • Bassin versant : 148 000 km²
  • États traversés : République Tchèque (33 %), Allemagne (66 %)
  • Affluents : Vitava, Ohre, Schwarze Elster, Mulde, Saale, Havel

 

Paysage et urbanisme : un fleuve contrasté

Des industries aux collines verdoyantes

 Mon imaginaire est certes moins connu que celui de mes voisins, mais il n’en est pas moins présent dans les cultures locales. On me dit plus nuancé que le Rhin, fleuve guerrier, et le Danube, fleuve de l’unité. Je suis également plus contrasté, à l’image des paysages que je traverse, entre industries et anciennes mines à ciel ouvert du côté tchèque, et collines et vignes à perte de vue dans la « Suisse saxonne”, jusqu’à Dresde. Sans oublier les landes et forêts ainsi que les petites villes qui ont formé le cœur de la réforme luthérienne au XVIe siècle.

Des villes de caractère

Les villes que je traverse sont d’une importance capitale. Il y a Hambourg, reflet de cette relation retrouvée avec les populations. Magdebourg, repensée en tant que port fluvial, qui marque l’entrée dans les plaines de l’Allemagne du Nord. Une ville connue pour des projets phares d’architecture contemporaine. Des villes comme Dessau me font quelque peu la tête, me tournant le dos à l’avantage de mon affluent : la Mulde.

 

La Hafencity de Hambourg

Lancé au début des années 2000, ce projet d’aménagement et d’architecture va se poursuivre jusqu’en 2025, pour créer un nouveau quartier sur une ancienne zone portuaire de 157 hectares. Il est composé d’immeubles d’habitation, de bureaux, d’espaces de loisir, de commerces et d’établissements culturels.

Un des bâtiments phares de cet ensemble est la nouvelle salle de concert de l’Elbphilharmonie achevée en 2016.

Ce projet permet non seulement d’agrandir la ville de Hambourg jusqu’à l’Elbe, mais il apporte une nouvelle qualité de vie urbaine et un nouveau rapport à l’eau dans le centre-ville.

Mes multiples usages

Voie de navigation et d’échanges

Voie fluviale et commerciale, j’ai été d’une importance capitale durant la période d’expansion de la ligue hanséatique, et ce jusqu’au XIXe siècle. Pendant la première moitié du XIXe siècle, le corridor ferroviaire Hambourg-Berlin-Dresde-Ustinad-Labern-Prague est venu concurrencer la voie fluviale. Depuis quelques décennies seulement, les stratégies nationales Allemandes et Tchèques misent sur le renouveau de ce mode de transport comme outil de développement international.

Aujourd’hui, le Port de Hambourg est un port de répartition pour toute l’Europe de l’Est, vers la Baltique et aussi pour l’Allemagne : 1/3 des marchandises sont destinées à une zone de 150 km autour de Hambourg. Et il permet aussi d’exporter les produits fabriqués en Allemagne et les pays voisins.

Les connections vers l’hinterland se font en majorité par la voie ferrée (45% des marchandises transportées) et la route (43%). Le Port de Hambourg gère 300 km de voies ferrées et trois gares de fret !

Hambourg, 3e port européen

Le développement de la ville de Hambourg est lié aux évolutions de son activité portuaire. Au XIIème siècle, le commerce maritime se structure avec la constitution de la ligue hanséatique. Cette alliance des villes marchandes d’Europe du Nord est organisée autour, notamment, des cités de Hambourg et de Lübeck.

Aujourd’hui, Hambourg est  le 3e port européen, et le 26e port mondial par sa taille et son trafic. Il se place en 14e position sur le podium mondial si l’on considère uniquement le trafic de conteneurs. Son développement s’est accéléré ces dernières années.

Le port gère entre 35 % et 80 % du fret à destination ou en provenance de Pologne, de la République Tchèque, de Hongrie, d’Autriche, d’Allemagne et du Danemark. Il est également devenu la 2e porte d’entrée européenne des conteneurs provenant de Chine (près de 1,4 millions de conteneurs), après Rotterdam.

Le Port de Hambourg compte aussi de plus en plus sur l’activité des bateaux de croisière.

Irrigation et agriculture

Mon bassin ne comprend pas moins de 312 barrages, répartis entre l’Allemagne et la République Tchèque, pour l’irrigation ! 40% de la surface de mon bassin versant est utilisée pour l’agriculture.

Chiffre-clé :

4,12 milliards de m3 : c’est le volume d’eau total formé par les réservoirs

Quel fleuve pour demain ?

Pollution de l’eau : une prise de conscience collective

J’étais l’un des fleuves les plus pollués d’Europe jusqu’en 1990, cumulant les rejets de l’industrie tchèque et allemande, mais aussi les pesticides de l’agriculture Depuis la réunification, la qualité de mes eaux s’est beaucoup améliorée. Il reste néanmoins du chemin à parcourir pour atteindre les objectifs des directives-cadres sur l’eau de l’UE d’ici 2027.

Une commission internationale pour protéger l’Elbe de la pollution

En octobre 1990, l’International Commission for the protection of the Elbe river (ICPER) est mise en place. Elle réunit la République tchèque, l’Allemagne et des pays et organismes observateurs (dont l’Union européenne). Elle a pour objectifs de :

  • rendre les usages de l’eau possible,
  • atteindre un écosystème naturel capable d’assurer le développement de la faune et de la flore,
  • réduire le fardeau du bassin de l’Elbe sur la Mer du Nord.

Les travaux de l’ICPR s’axent autour de :

  • la qualité de l’eau : en 29 ans la quantité de produits chimiques déversés dans le fleuve a chuté de 809 000 tonnes annuelles. 94 % du cours de l’Elbe, côté allemand, ont pu être placés sous protection écologique.
  • la protection contre les crues
  • la mise en place d’un dispositif d’information des riverains en cas d’accident

Crue et stress hydrique : les impacts du changement climatique

Mes crues sont entrées dans l‘histoire. En février 1962, l’inondation de la ville de Hambourg reste la plus tristement connue pour le nombre de victimes (plus de 300 morts). L’un des impacts du changement climatique pourrait être des crues plus fortes ou, a minima, la multiplication des épisodes de pluies extrêmes.

Un programme a aussi été lancé pour évaluer les impacts économiques et sociaux du stress hydrique dans mon bassin versant, à horizon 2052.

La compétitivité des voies navigables intérieure à développer

Le transport fluvial pour desservir l’hinterland pâtit du manque d’infrastructures et de connexions multimodales. Il surtout concurrencé par une desserte ferroviaire très efficace. Les acheminements par voie d’eau concernent quasi exclusivement les transports internes à l’Allemagne, les autres modes étant favorisés pour les transports internationaux.

Le schéma directeur des transports fixe de nouvelles orientations pour rénover les infrastructures fluviales et développer ainsi le trafic.

En savoir plus sur moi

 

Mettez à jour votre navigateur pour consulter ce site