Forum Espace membre FR EN ES Recherche
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. « Se mobiliser pour une gestion de l’ensemble du cycle de l’eau »

Actualité

Toutes les actualités

"Se mobiliser pour une gestion de l’ensemble du cycle de l’eau"

Interview de Philippe GUETTIER, directeur général du PFE

Le Partenariat Français pour l’Eau (PFE) est la plateforme des acteurs publics et privés français à l’international pour porter des messages collectifs sur cette ressource, comme récemment au Forum Mondial de l’eau de Brasilia. Ses missions ? Le plaidoyer collectif pour renforcer la place de  l’eau dans les priorités mondiales, la valorisation de l’expertise française, le développement des échanges et le soutien à l’émergence de projets. IAGF a rejoint le PFE récemment et donne, à cette occasion, la parole à son directeur général Philippe Guettier.

 

Que représente pour le PFE l’adhésion d’IAGF ?

Le PFE est né il y a 11 ans en se concentrant sur le petit cycle de l’eau, c’est à dire l‘accès à l’eau potable et à l’assainissement, deux sujets sur lesquels il demeure un déficit au niveau international.  Il ne faut pas oublier que 2 milliards de personnes sont privées d’accès à l’eau potable. Depuis près de 3 ans, nous avons élargi notre champ d’action au grand cycle de l’eau, soit l’eau et la sécurité alimentaire, l’eau pour l’énergie, l’eau et le climat, l’eau et la biodiversité… Et sur ces questions les fleuves jouent un rôle stratégique d’où notre satisfaction de l’arrivée d’IAGF dans notre partenariat pour défendre ensemble une gestion équilibrée des grands fleuves du monde et une vision globale de l’eau, douce et salée.

Comment allez-vous travailler ensemble ? Avec quels objectifs ?

Le PFE s’engage sur trois priorités. La première est de faciliter l’atteinte des objectifs de Développement Durable (ODD) approuvés par l’ensemble des États du monde  en 2015. Ces Objectifs portent en particulier sur bonne gestion des fleuves, des eaux souterraines mais aussi littorales et marines. D’où l’importance de la contribution d’IAGF dans notre plateforme. La deuxième est la question de l’eau face au changement climatique car elle est la première ressource impactée par cette évolution. Là aussi, la bonne gestion des grands fleuves est une question centrale pour les populations. La troisième est le lien entre l’eau et la biodiversité. Des groupes de travail dédiés sont fonctionnels sur chacune de ces priorités au sein du PFE et IAGF va y participer. Ensemble, nous pourrons promouvoir le rôle essentiel des fleuves et la nécessité de préserver la ressource en eau, lors d’événements à fort rayonnement comme le High Level Political Forum (HLPF) on Sustainable Development en juillet prochain (la COP des ODD) ou la COP 24 Climat en fin d’année. L’objectif est de donner le plus de poids et d’audience possible à cette parole sur l’eau pour susciter des engagements forts de la part des États et de l’ensemble des décideurs.

Le Forum Mondial de l’eau s’est déroulé à Brasilia du 18 au 23 mars. Quel bilan en tirez-vous ?

La délégation française portée par le PFE était la plus importante juste derrière la délégation brésilienne. C’était un signal fort. Le bilan est largement positif. Déjà car le Forum a attiré près de 100 000 personnes, dont une part importante de grand public notamment accueilli dans le village citoyen. Ensuite car ce Forum a été le lieu d’actes forts. Parmi eux, la déclaration de recommandations issues de l’ensemble de ses processus qui intègre les  priorités des acteurs français, mais aussi un document produit par 150 parlementaires du monde entier qui exposaient leur vision de la gestion de l’eau et ses enjeux. Sans oublier la déclaration de juges et de magistrats, une première, sur la thématique du droit de l’accès à l’eau et à l’assainissement.

Stand du PFE au Forum Mondial de l’eau – Brasilia @LudovicPiron

Ces documents seront portés au HLPF dans la perspective d’une prise en compte  dans les négociations entre États au sein Nations Unies. Les échanges et présentations de cas pratiques ont également été très riches. J’en retiens deux points importants : la forte émergence de la réflexion sur les solutions fondées sur la nature et une mobilisation croissante pour une gestion intégrée de l’ensemble du cycle de l’eau – douces, littorales et marines -. Cette question rejoint aussi celle de l’économie circulaire et une gestion plus intégrée de l’eau, de l’assainissement, des déchets et de l’énergie. Sur toutes ces questions nous nous inscrivons dans une démarche dont l’objectif est de casser les silos.

Mettez à jour votre navigateur pour consulter ce site