Actualités Espace membre FR EN ES Recherche
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Le Cap quand la population se mobilise pour réduire sa consommation en eau et éviter le « Day Zero »

Actualité

Toutes les actualités

Le Cap : quand la population se mobilise pour réduire sa consommation en eau et éviter le « Day Zero »

La crise mondiale de l’eau peut s’illustrer par l’exemple de l’Afrique australe et de la région du Cap, avec le phénomène de « Day Zero » largement évoqué depuis mi-février. Il correspond au jour où la municipalité sera obligée de couper l’eau publique et les habitants de s’approvisionner auprès de 200 points d’eau, avec un rationnement à 25 litres d’eau par jour et par personne.

Après trois saisons arides, la ville doit faire face à sa plus grande sècheresse en un siècle. Les réserves d’eau sont au plus bas, amenant le gouvernement sud-africain a décrété l’état de catastrophe naturelle le 13 février dernier.

Depuis, la forte mobilisation des 4 millions d’habitants de la péninsule du Cap pour réduire leur consommation et le début de la saison des pluies, a permis de repousser l’échéance au 9 juillet et, peut-être d’éviter que les robinets soient à sec.  Mais ce n’est qu’un soulagement de courte durée.

Pas loin de là, au Mozambique, alors que les réserves sont au plus bas, un quart de l’agglomération de Maputo, qui compte 4 millions d’habitants, a été privée d’eau potable, car le gouvernement a décidé d’alimenter en priorité l’agriculture et la production d’électricité. La crise de l’eau touche désormais à la fois les centres urbains, les villes moyennes et les campagnes. Le réchauffement climatique va accentuer l’aridité des régions du monde qui en souffrent déjà, contribuer au dessèchement des sols, accélérant l’évaporation des végétaux et rendant plus difficile l’absorption des pluies diluviennes qui filent alors trop vite vers l’océan. Associés à la pression démographique, les phénomènes climatiques vont accentuer les inégalités d’accès à l’eau.

Le changement climatique doit forcer les habitants à changer leurs habitudes et leurs rapports avec la ressource en eau. Les autorités publiques doivent, quant à elles, penser différemment sa gestion et sa répartition entre les différents usages.

Mettez à jour votre navigateur pour consulter ce site