Actualités Espace membre FR EN ES Recherche
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. « C’est une bonne opportunité pour discuter des enjeux globaux de l’eau et partager des expériences entre grands fleuves »

Actualité

Toutes les actualités

"C'est une bonne opportunité pour discuter des enjeux globaux de l'eau et partager des expériences entre grands fleuves"

Interview de Sun Yangbo, de  la Commission de Conservation du Fleuve Jaune

Sun Yangbo est le directeur de la Coopération Internationale, à la Commission de Conservation du Fleuve Jaune et membre d’IAGF. Du 21 au 25 octobre, elle accueille notre 9ème session internationale, autour du thème de la biodiversité, dans la perspective de la COP15 que la Chine recevra en 2020. Décryptage des enjeux liés à l’eau et à la protection des milieux dans ce vaste bassin et de ses attentes vis-à-vis de notre événement.

Tout d’abord, parlez nous des missions de la Commission de Conservation du Fleuve Jaune. 

Le Fleuve Jaune est le deuxième plus long fleuve en Chine et le sixième au niveau mondial. Connu comme « le fleuve mère » de la Chine, son bassin est considéré comme le lieu de naissance de la Chine ancienne et le centre historique du développement politique, économique et social national.  Le fleuve est un bassin de vie depuis les premières communautés agricoles, il y a plus de 5 000 ans. Le ruissellement annuel actuel du fleuve Jaune est d’environ 58 km3, ce qui représente 2% des ressources en eau totales de la Chine, tout en maintenant l’approvisionnement en eau pour 12% de la population chinoise, 15% des terres arables et plus de 50 grandes villes .

La Commission de Conservation du Fleuve Jaune, créée en 1946, gère les ressources en eau du bassin au nom du Ministère des Ressource s en eau et est mandatée pour la gestion durable et le développement du bassin. Elle prépare et met en oeuvre le plan de développement du bassin, décide des allocations des ressources en eau au niveau des provinces et est en charge de la construction et de la maintenance des équipements pour gérer la ressource et prévenir les inondations.

La Commission gère les phénomènes d’inondation,glace, sécheresse, sédiment et est responsable de la qualité de l’eau, de sa répartition et de son usage environnemental pour l’ensemble du bassin du Fleuve Jaune.  Ces missions sont menées de manière intégrée, afin de remplir un objectif-clé, celui d’une gestion du fleuve qui améliore conjointement l’état des milieux et le bien-être des populations. En seulement 10 ans, la remarquable transformation du second plus long fleuve chinois par la Commission a permis de sécuriser l’approvisionnement en eau pour plus de 100 millions de personnes, restaurer de vastes zones humides et de biodiversité et protéger 90 millions de personnes vivant dans des zones jusqu’alors exposées aux inondations dévastatrices du Fleuve.

La nature décline globalement à des rythmes inédits dans l’histoire humaine. Concernant le Fleuve Jaune, quelles sont les grands défis auxquels vous devez faire face ? 

L’histoire du bassin du Fleuve Jaune a été marquée par les inondations, les sécheresses et l’élévation du lit du fleuve. Avec l’augmentation de la population, combinée à une rapide croissance de tous les secteurs, la dégradation de la qualité et de la quantité d’eau a eu un impact direct sur le développement socio-économique durable du bassin et la santé des écosystèmes.

Depuis 1949, selon le Plan de Planification du Développement du Bassin du Fleuve Jaune, des grands barrages et réservoirs, des digues, des vannes, des zones de rétention des inondations ont été mis en place pour augmenter le contrôle des inondations, permettre la gestion des sécheresses, favoriser l’hydroélectricité et l’irrigation dans les dernières décennies. Dans les années 1990, le Gouvernement central a augmenté les investissements dans le secteur de l’eau et promulgué une législation afin d’atténuer la pénurie en eau et assurer une croissance économique continue. En 2002, la nouvelle Loi sur l’Eau, valorisant une gestion intégrée des ressources en eau, a été adoptée. Elle a marqué la transition d’un développement basé sur la demande et dominé par la technique vers une stratégie orientée sur la ressource et sa disponibilité. Même s’il y a eu de grandes réussites durant les 70 dernières années en termes de gestion et de développement du bassin, il y a encore de nombreux défis à relever, dus au changement climatique, à la croissance démographique et socio-économique, à savoir :

  • Protection de l’environnement et gestion des débits environnementaux : en raison de la forte charge sédimentaire du fleuve, la Commission a fait de la répartition équilibrée de la ressource en eau et de l’évacuation des sédiments sa plus grande priorité environnementale.  
  • Conservation des sols et gestion sédimentaire : le volume moyen de sédiments charriés par le fleuve s’élève à 1,6 milliard de tonnes par an.  Sur ce volume, seulement 25% environ est transporté jusqu’à la mer, tandis que le reste se dépose dans le lit du fleuve. Cela provoque une élévation du lit du fleuve de 5 à 10 cm par an en moyenne et les digues sont régulièrement relevées en conséquence. L’impact de cette charge sédimentaire sur la dynamique du fleuve a rendu sa gestion complexe, notamment dans le cours inférieur.
  • Gestion des inondations et des sécheresses : des millions de vies ont été perdues en raison des inondations et des sécheresses durant la longue histoire du Fleuve Jaune. Les risques potentiel d’inondations ont été réduits à un niveau auquel la société et le secteur économique peuvent répondre et des plans de gestion des inondations ont été établis pour les événements les plus extrêmes. La Commission et les 9 provinces riveraines ont mis sur pied ensemble un centre de pilotage et contrôle des inondations et sécheresses, qui apporte une contribution cruciale et à la préparation et l’atténuation des impacts de telles catastrophes.

Pouvez-vous nous donner des exemples d’actions de préservation des écosystèmes que vous avez menées ? 

La mission de la Commission du Fleuve Jaune est de maintenir la santé du fleuve et améliorer le bien-être des populations. Pour vous donner deux exemples :

Pour l’aval du fleuve: la Commission a fait des progrès remarquables pour restaurer le débit du fleuve et équilibrer la disponibilité de l’eau entre les besoins sociaux, économiques et environnementaux. Elle utilise les dernières technologies en matière de télédétection et d’automatisation pour collecter des informations en temps réel sur le fleuve et exploiter une série de réservoirs sur le cours principal et les affluents du fleuve Jaune de manière intégrée, tout en assurant la coordination de la répartition des allocations d’eau et de la régulation des sédiments depuis le barrage de Xiaolangdi. La diversité des habitats et des zones humides dans le delta du Fleuve Jaune (inscrit dans la Convention Ramsar) abritent pas moins de 265 espèces d’oiseaux. Oiseaux, poissons et macro invertébrés dans le delta ont besoin de végétations diverses, qui elles-même dépendent des débits d’eau douce annuels réservés et des charges sédimentaires. 

Au milieu du bassin: la Commission du Fleuve Jaune, avec la Banque Mondiale et le Ministère des Ressources en eau ont travaillé avec les populations locales pour élaborer une approche intégrée du bassin versant, via le projet de Réhabilitation du Bassin du Plateau de Loess. L’érosion a été réduite de manière conséquente grâce à des actions de reforestation, l’abandon de l’agriculture sur les pentes abruptes et la mise en place de structures de terrassement et de contrôle des sédiments à grande échelle. Ce projet est considéré comme un modèle de préservation de la ressource en eau, qui est appliqué de plus en plus partout en Chine. Il constitue l’un des programmes les plus importants et réussis en termes de contrôle de l’érosion dans le monde et a reçu un Prix d’Excellence en 2003 par le Président de la Banque Mondiale.

La Commission du Fleuve Jaune accueille la prochaine session d’IAGF. Qu’en attendez-vous ? 

Tout d’abord, la Commission souhaite la bienvenue à tous les membres d’IAGF et est honorée d’accueillir la 9e session d’IAGF pour la première fois en Chine. Cet événement est aussi soutenu pat les ministères chinois et l’Ambassade de France et a reçu le label de « l’année franco-chinoise de l’environnement ». C’est une bonne opportunité d’échanger sur les enjeux globaux de l’eau et de partager des leçons et expériences apprises sur d’autres grands fleuves.

Juste avant la tenue de cette session, un changement stratégique a eu lieu concernant la gestion du Fleuve Jaune. Le Président de la République populaire de Chine, M. XI Jinping a présidé le 18 septembre dernier un symposium de haut-niveau sur la protection de l’environnement et le développement durable du Bassin à Zhengzhou. Le Gouvernement central appelle de ses vœux des efforts concertés en faveur de la protection et du développement du Fleuve Jaune, et souhaite que la préservation de l’environnement soit une priorité encore plus grande dans la gestion du bassin.

La tenue et les discussions qui animeront cette session d’IAGF pourront faciliter ce processus. Outre les experts d’IAGF, seront présents environ 200 représentants des Ministères, de l’Ambassade, des agences d’Etat, des parties prenantes, du monde universitaire et scientifique ainsi que les représentants d’autres pays d’Asie à la plénière d’ouverture au siège de notre Commission. Il sera question de la préservation écologique, des ODD, de la gestion intégrée de la ressource en eau, de la santé des fleuves et de la biodiversité et d’autres sujets relatifs à l’avenir de nos grands fleuves.

La Chine accueillera la 15eme Conférence des Parties (COP 15) sur la Convention de la Diversité Biologique en 2020. En quoi cette session peut contribuer aux négociations internationales ? 

Cette session va aussi donner un focus spécial sur la préparation de la COP15, qui se tiendra à Kunming (province de Yunnan) en 2020. Les actions menées dans le bassin du Fleuve Jaune illustrent bien l’effort consistant à donner la priorité à la protection de la biodiversité écologique et à la poursuite d’un développement durable et harmonieux entre le fleuve et l’homme.

En préparation à la COP15, nous espérons que la session IAGF permettra un travail commun entre la Chine, la France et les autres parties prenantes internationales, pour renforcer la coordination stratégique et la synergie entre Fleuve et Ecologie et partager des expériences en termes de préservation de la biodiversité. Tout cela pour contribuer à la création d’un système de gouvernance globale de la biodiversité qui soit juste, rationnel et efficace.

 

 

 

Mettez à jour votre navigateur pour consulter ce site