Actualités Espace membre FR EN ES Recherche
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. IAGF aux journées « Agir pour le vivant »

Actualité

Toutes les actualités

IAGF aux journées « Agir pour le vivant »

 

La dernière semaine d’août, les éditions Actes Sud ont organisé à Arles les rencontres Agir pour le vivant. Alimentation, société, agriculture, économie… Durant 7 jours, les participants ont abordé différentes thématiques autour des enjeux de la biodiversité. IAGF a participé, par la voix de son président, Erik Orsenna, à la conférence « Redonner vie aux fleuves ».

 

« Nous devons envisager le changement climatique comme une opportunité, celle de changer de modèle. Nous devons imaginer des solutions fondées sur la nature et non plus considérer la nature comme une entrave à notre développement. »

Jean Jalbert est directeur de la Tour du Valat, institut de recherche situé au cœur de la Camargue. Avec ces mots, il a largement résumé l’une des lignes directrices sur laquelle se sont retrouvés les participants de la conférence « Redonner vie aux fleuves ».

Pour que la nature puisse être une solution au changement climatique, encore faut-il qu’elle puisse subsister. « Redonner vie aux fleuves, c’est tout d’abord les protéger », a encore souligné Jean Jalbert, avant de rappeler la richesse des milieux humides, et plus encore celle des deltas comme celui du Rhône.

« Un delta, c’est une usine à produire de la vie. Un delta comme la Camargue c’est trois fois plus de matière vivante produite au mètre carré que la forêt tropicale ».

Ces milieux ne sont toutefois pas figés. Le delta du Rhône bouge et s’enfonce.

« Un jour, la Camargue repartira à la mer. Il nous faut nous y préparer. Réapprendre à habiter ce lieu et par endroit savoir laisser la nature, arrêter notre prétention de la maîtriser, l’accompagner pour que, par sa force propre, la Camargue construise nos défenses de demain. C’est notre assurance vie que nous sommes en train de construire »

Erik Orsenna à son tour a rappelé à quel point les deltas sont importants. « Dans le monde, 800 millions de personnes vivent dans des deltas ». Or tous les deltas sont des écosystèmes menacés. Selon lui, penser les choses différemment peut passer par le concept de « santé unique » :

« Comment pouvons-nous penser que notre santé à nous, qui faisons partie du règne animal, peut être bonne, si le monde animal va mal, si le monde végétal va mal… L’eau nous force à penser notre juste place avec la nature ».

Présent également à la table des conférenciers, Frédéric Pitaval a expliqué l’intérêt de pourvoir le fleuve d’une personnalité juridique. « Avec l’Appel du Rhône, nous voulons organiser une mobilisation populaire transnationale pour remettre l’eau au centre de nos vies. Toutes les problématiques environnementales et sociétales, notre agriculture, notre alimentation, tout nous ramène à l’eau. » Donner une personnalité juridique aux fleuves, comme cela a déjà fait dans certains pays, peut être un outil nouveau et puissant.


D’outils justement, il en a été question lors de ces journées d’Agir pour le vivant, dont l’objet était notamment de faire rayonner les enjeux et moyens d’action pour le climat et la biodiversité dans un périmètre plus large que celui des experts et des « déjà convaincus ». La manière dont la société civile s’empare de ces questions a ainsi été largement discutée, avec la présence de plusieurs collectifs durant la semaine.

Benoît Baudry, par exemple, fait partie de la Convention citoyenne pour le climat. Il témoigne : « Je viens des quartiers nord de Marseille. Je sais que mes choix sont déterminants pour l’avenir de la planète, mais il faut être réaliste, mes choix de consommation sont dictés en premier par ce que j’ai dans la poche ! ». Tiré au sort, il s’est pleinement investi dans les travaux de la convention citoyenne :

« Cela fait trente ans que je ne votais plus. Mais au sein de la convention, j’ai pu garder la motivation et travailler car je me suis senti légitime. Moi, citoyen lambda, je suis légitime pour réfléchir à l’avenir de la planète et prendre des décisions ».

Le mouvement pour redonner sa place à la nature s’accompagne forcément d’un mouvement qui donne sa place à chacun dans le débat et dans la prise de décisions.

Mettez à jour votre navigateur pour consulter ce site