FR EN ES Recherche
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Naviguer en eaux incertaines… Sécheresses et défis, du Mississippi au Rio Negro, en passant par le Canal de Panama

Actualité

Toutes les actualités

Naviguer en eaux incertaines… Sécheresses et défis, du Mississippi au Rio Negro, en passant par le Canal de Panama

Le canal de Panama, essentiel au commerce maritime mondial, fait face à une sécheresse historique. En raison du manque d’eau, les autorités ont décidé depuis le mois d’octobre 2023 de réduire le transit de 40 à 32 navires par jour et de diminuer le tirant d’eau autorisé. Ces mesures visent à maintenir la confiance des clients face à une année 2024 anticipée comme très sèche. Les compagnies maritimes s’inquiètent des répercussions économiques, notamment sur les approvisionnements pour les fêtes de fin d’année. Des dizaines de navires sont en attente, et le temps d’attente a atteint 21 jours, suscitant des préoccupations mondiales sur les retards et les coûts. Malgré ces défis, les résultats financiers du canal ont été excellents en 2023, mais la sécheresse soulève des questions sur la gestion durable des ressources hydriques et la nécessité de trouver des solutions à long terme pour assurer la navigabilité du canal.

Le Mississippi traverse quant à lui depuis plusieurs mois une sécheresse prolongée dans le Midwest, entraînant une baisse significative de son débit. Cette situation provoque la remontée des eaux salées du golfe du Mexique dans son lit, mettant en péril l’économie locale. La salinisation impacte l’eau potable, nécessitant des mesures d’urgence telles que la distribution d’eau en bouteille. Les autorités luttent contre la progression des eaux salées avec des barrages sous-marins à l’efficacité contestée et le delta du Mississippi souffre, accentuant les problèmes écologiques et économiques.

Le rio Negro, important affluent de l’Amazone, subit une sécheresse historique causée par El Niño, atteignant son niveau le plus bas en 121 ans. Cette situation paralyse le transport fluvial, affectant 633 000 personnes en Amazonie. La baisse rapide du niveau de l’eau isole certaines communautés, entraîne la fermeture d’écoles et perturbe les activités économiques, notamment le tourisme. La pénurie d’eau potable, les difficultés d’approvisionnement et la hausse des coûts de transport créent une crise humanitaire. Les tentatives gouvernementales pour améliorer la navigabilité et la distribution d’aide alimentaire atténuent la situation, mais la persistance de la sécheresse pose des défis à long terme.

→ Synthèse d’articles du journal Le Monde.

 

 

Mettez à jour votre navigateur pour consulter ce site