Actualités Espace membre FR EN ES Recherche
  1. Accueil
  2. Nos rencontres
  3. Rencontres passées
  4. Session internationale n°6 – La navigation sur le fleuve Sénégal

Rencontres passées

Toutes les rencontres
Saint-Louis / Dakar (Sénégal) 9 avril 2018 Session internationale Sénégal

Session internationale n°6 - La navigation sur le fleuve Sénégal

IAGF a réuni, pour sa 6ème session internationale, ses membres à Saint-Louis et Dakar (Sénégal), accueillie par l’un d’entre eux : l’Organisation de mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS). Une session consacrée à la navigation sur le fleuve, à la demande de l’OMVS qui en fait un objectif prioritaire de sa feuille de route.

Organisme de bassin réunissant le Sénégal, le Mali, la Mauritanie et la Guinée, l’OMVS, créée en 1972, est un exemple remarquable de coopération transfrontalière .

 Là où l’eau est source de conflits, elle est, chez nous, source de rapprochement, d’intégration et de coopération. Il s’agit d’un mérite extraordinaire, a ainsi rappelé Hamed Semega, Haut-Commissaire.

L’OMVS a en effet été créée suite aux fortes sécheresses des années 1970 pour mieux gérer la ressource en eau, selon trois principes de base : le fleuve et ses affluents sont propriété internationale; leurs ressources sont exploitées de manière partagée et solidaire; tout ouvrage est une propriété commune. Coopération et intégration sont donc deux valeurs fortes de cette organisation intergouvernementale qui s’est donnée comme principaux objectifs d’atteindre l’autosuffisance alimentaire pour les populations, d’accélérer le développement économique en utilisant le potentiel du fleuve et d’assurer l’équilibre écologique dans le bassin.

Pour réaliser pleinement son ambition, l’OMVS doit néanmoins accomplir l’une de ses missions : la mise en navigation. Florissante dans les années 1960, entre Saint-Louis et Kayes, la navigation a été complètement interrompue dans les années 1970, avec les effets conjugués d’un mauvais entretien du lit du fleuve et de la grande sécheresse de 1973-1975. Aujourd’hui, seul un navire de tourisme, le Bou El Mogdad, circule sur le fleuve.

Dès son origine, l’OMVS a travaillé sur ce projet de navigation, par de nombreuses études techniques, environnementales, économiques et financières. Aujourd’hui, elle en fait un des objectifs prioritaires de sa feuille de route et souhaite lancer rapidement le premier volet de son projet pour créer une voie navigable continue et pérenne de 905 km, entre Saint-Louis (Sénégal), à l’embouchure de l’Océan Atlantique, et Ambidédi (Mali).

En accueillant pour la première fois le Comité des Fleuves d’IAGF sur le continent africain, l’OMVS a souhaité mettre en perspective son programme. Son souhait était de se nourrir d’autres expériences réalisées dans le monde et de compétences variées pour assurer la complète réussite économique, environnementale et sociétale de son projet et en faire un levier de développement et d’aménagement des territoires traversés par le fleuve.

Mansour Faye, Ministre de l’Hydraulique et maire de Saint-Louis, a souligné l’intérêt de ce temps d’échange, alors que le Sénégal s’apprête à accueillir en 2021 le Forum mondial de l’eau :

 Au moment où le réchauffement climatique et la pression sur les ressources en eau sont de plus en plus forts, cette démarche multidimensionnelle me semble particulièrement pertinente. Je vous invite à nous aider pour mieux appréhender les relations entre les dimensions du problème et apporter des réponses appropriées. 

Télécharger les conclusions

 

Mettez à jour votre navigateur pour consulter ce site