Actualités Espace membre FR EN ES Recherche
  1. Accueil
  2. Actualités d'IAGF et des fleuves
  3. Carbios détruire et recycler le plastique grâce à une enzyme

Actualité

Toutes les actualités

Carbios : détruire et recycler le plastique grâce à une enzyme

Carbios, start-up française de chimie verte créée en 2011 a récemment eu la reconnaissance scientifique de ses pairs en figurant en couverture du magazine Nature du mois de mars. Son innovation : recourir à une enzyme capable de manger le polyéthylène téréphtalique (PET), matériau qui sert à fabriquer les bouteilles et emballages en plastique.

 

Une technologie de rupture pour le recyclage à l’infini du plastique

Le Polytéréphtalate d’éthylène (PET) est un polymère, c’est l’un des plastiques le plus produit dans le monde, avec 70 millions de tonnes par an. Il sert à la fabrication de près de 500 milliards de bouteilles plastiques. Il entre aussi dans la composition de fibres textiles. Alors que la pollution plastique des océans demeure un des défis majeurs du XXIe siècle, des chercheurs de Carbios et du Toulouse Biotechnology Institute se sont associés depuis cinq ans pour créer une enzyme capable de « recycler à l’infini » les déchets pastiques composés de PET et développer les procédés industriels nécessaires à la biodégration et au recyclage.

Au sein d’une installation-pilote à Clermont-Ferrand, les bouteilles en plastique sont broyées et placées dans des cuves, où sont ajoutés de l’eau et les enzymes développées par Carbios. Ces dernières sont fabriquées par une bactérie que l’on retrouve dans les composts végétaux et qui permet de détruire les couches protectrices des plantes, appelées les cuticules. Le procédé chimique vise à casser les chaînes qui composent le plastique jusqu’à l’obtention de ses constituants monomères initiaux : les acides téréphtaliques et l’éthylène glycol. Ce processus de dépolymérisation entraîne la destruction de plus de 90 % du plastique en un temps réduit : entre 10 et 24 heures. Cette innovation, qui a déjà fait l’objet d’une dizaine de brevets, permet ainsi de réduire les déchets et revaloriser les matières plastiques.

Prochaine étape : l’industrialisation du procédé enzymatique

Le potentiel industriel et commercial de ce procédé innovant et biologique est désormais prouvé. La prochaine étape consistera pour Carbios à construire un démonstrateur industriel, au sud de Lyon, qui sera mis en service dans le courant de l’année 2021. Ce projet est accompagné par TechnipFMC, entreprise spécialisée dans l’ingénierie et la construction pour l’industrie de l’énergie. Il est également soutenu par de grands groupes tels que l’Oréal dans le cosmétique ou PepsiCo, Nestlé Waters et Orangina Schweppes dans le secteur agroalimentaire, qui recherchent des solutions pour recycler leurs emballages. Ce démonstrateur, vingt fois plus gros que le site pilote actuel, devrait être mis en service en 2021.

En parallèle, Carbios s’est engagé dans une initiative public-privé, l’European Plastics Pact – qui rassemble des États, des Organisations non Gouvernementales (ONG) et réseau d’entreprises – dont le but est de favoriser l’économie circulaire pour une gestion plus efficace des matériaux plastiques en fin de vie.

Ce Pacte européen marque un nouveau pas vers le déploiement d’une véritable économie circulaire basée sur l’innovation et la collaboration entre les acteurs de marché et les États membres les plus engagés en matière de développement durable. Nous sommes fiers de contribuer à sa mise en œuvre et de partager cette ambition collective de parvenir à une meilleure gestion du cycle de vie des plastiques , expose Jean-Claude Lumaret, Directeur Général de Carbios.

Mettez à jour votre navigateur pour consulter ce site