Actualités Espace membre FR EN ES Recherche
  1. Accueil
  2. Actualités
  3. La fonte des glaces s’accélère en Arctique

Actualité

Toutes les actualités

La fonte des glaces s’accélère en Arctique

De 8 millions de km² au mois d’août dans le début des années 1980, la surface de de la banquise arctique* est passée à 5 millions de km2 en 2019, à la même période.

La fonte estivale de la banquise a été particulièrement intense et rapide cet été, ouvrant l’océan Arctique à la navigation et, de là, renforçant l’intérêt des transporteurs pour cette nouvelle voie maritime Nord-Est entre l’Atlantique et le Pacifique.

Un phénomène irréversible

 

Surtout, cette situation devient de moins en moins exceptionnelle, en raison du réchauffement climatique et est irréversible. Les vieilles strates de glaces accumulées tendent à disparaître au fil des années, diminuant en conséquence l’épaisseur de la banquise : au 15 juillet dernier, elle n’atteignait qu’un peu plus d’un mètre… contre plus de deux mètres au début des années 1980 à la même date. Et, cette diminution facilite sa fonte renouvelée et précoce en été (pour en savoir, lire l’article de Sylvestre Huet dans Le Monde).

Le constat est alarmant lorsqu’on sait que l’Arctique, qui se réchauffe deux fois plus vite que la moyenne mondiale et a déjà gagné +2°C par rapport à l’ère plus industrielle. Et ces derniers mois, les images des incendies ravageant l’Arctique ou de rennes morts de faim ont marqué les esprits…

Des microplastiques dans la glace

 

Encore plus déconcertante est la découverte récente d’un autre fléau : les microplastiques.  La neige de l’Arctique contiendrait 14 400 particules de plastique par litre selon une étude internationale publiée le 14 août 2019.

Outre la quantification de ces microparticules de plastique dans la neige de plusieurs régions du globe, les scientifiques de l’Institut allemand Alfred Wegener et de l’Institut suisse de recherche sur la neige et les avalanches se sont aussi intéressés à comprendre comment ils arrivent en océan Arctique : ces débris de moins de cinq millimètres seraient essentiellement transportés sur de longue distance dans l’atmosphère et non par les courant marins. Ils retombent ensuite loin de leur lieu d’origine, entraînées par les précipitations, en particulier la neige.

Une autre question se pose alors naturellement de savoir si nous inhalons ces particules transportées par voie aérienne et dans quelle quantité.

*aire de l’océan où au moins 15% de la surface est couverte de glaces

 

Mettez à jour votre navigateur pour consulter ce site