Actualités Espace membre FR EN ES Recherche
  1. Accueil
  2. Nos solutions
  3. Des nichoirs artificiels pour les hirondelles de rivage

Des nichoirs artificiels pour les hirondelles de rivage

Toutes les solutions

Présentation


  • Porteur de projet : Administration Portuaire de Montréal
  • Partenaires : Gouvernement du Québec; Comité ZIP Jacques Cartier
  • Durée du projet : un an
  • Coût du projet : 200 000 $ canadiens. Le gouvernement du Québec a contribué un montant de 30 000 $ à travers le Fonds d’action Saint-Laurent pour le projet à Montréal

Contexte d’émergence du projet : 

Les six espèces d’hirondelles présentent au  Québec connaissent une baisse importante de leurs populations depuis 1970, allant jusqu’à 90 %. Parmi elles, l’hirondelle de rivage, un oiseau migrateur.

Sans statut de protection officiel pour la plupart, les espèces d’hirondelles dépendent d’initiatives volontaires pour aider à préserver leur population dans les environnements propices à leur nidification. Les divers facteurs qui affectent le maintien des colonies sont les changements dans les dynamiques des aires d’alimentation en insectes, l’usage de produits chimiques tels que les pesticides ainsi que les changements climatiques.

Pour préserver cette espèce en péril, l’Autorité du Port de Montréal a développé une initiative simple de création de nichoirs artificiels.

Stratégie et objectifs


Dans la grande région de Montréal, l’hirondelle de rivage adopte en effet les falaises sablonneuses et les sablières le long du fleuve Saint-Laurent. En général, les Hirondelles de rivage creusent leur terrier dans des fronts de talus presque verticaux (pente d’au moins 70 degrés) à plus de 2 m de hauteur.

L’Autorité du Port de Montréal a donc décidé en 2019 de créer des habitats, pour recréer des conditions favorables permettant aux colonies d’hirondelles de rivage de nicher dans des structures artificielles moins vulnérables à l’érosion et aux changement climatiques.

L’action a porté sur 2 sites :

  • A Contrecoeur, site où le Port de Montréal prévoir la construction d’un terminal à conteneur
  • A Montréal, dans le cadre du Fonds d’action Saint-Laurent, une initiative visant à protéger les écosystèmes du fleuve Saint-Laurent et de son Golfe,  financée par le Gouvernement du Québec. Les travaux de création de deux habitats artificiels ont été réalisés par le Comité ZIP Jacques-Cartier, un organisme sans but lucratif ayant pour mission la protection, la réhabilitation et la mise en valeur des rives du Saint-Laurent.

 

 

Caractère innovant du projet


Technique

Les aménagements sont un modèle hybride utilisant des bancs de sable, des murs de béton et des murs de bois troués, offrant des milieux de reproduction de qualité et sécuritaire.

Outre la conception de ces habitats, il est prévu sur le site de Montréal un suivi de la migration et de la période de nidification de l’Hirondelle de rivage par le Comité ZIP Jacques-Cartier.

 

Résultats et perspectives


L’utilisation des nichoirs et la présence d’oisillons laissent présager que les nichoirs seront bénéfiques pour la reproduction de l’espèce et l’augmentation de sa population au Québec.

Il est prévu, dans le cadre de ce projet, de sélectionner également les structures les plus efficaces afin d’aménager des nichoirs supplémentaires similaires sur des îles dont l’Administration portuaire de Montréal est gestionnaire. L’Administration portuaire de Montréal travaille actuellement à  convertir ces îles en Réserve national de faune.

Comment ce projet peut-il être dupliqué sur d’autres fleuves ?

Il suffit d’aménager des structures similaires sur les espaces de passage de l’oiseau.

#Biodiversité #Oiseaumigrateur #Nichoir #Québec

En savoir plus

Crédit photo : Bank Swallow and Nests / APM

Mettez à jour votre navigateur pour consulter ce site